Ma vie selon... moi !

08 octobre 2013

Parents toxiques

J'avais 15 ans.

Je débordais d'illusions, de folie, de grandeurs, je levais mon poing face au vent.

C'était l'été, mais je ne me souviens pas de ça, pas du soleil, ni de la chaleur possible. Aucun souvenir. Il ne me reste qu'une image. Moi. Hurlante. Face au vent, genoux par terre, et plus assez de larmes pour tout laver. C'est moi par terre, seule, assomée par la claque que j'avais eu. De ces claques qui vous brisent ce qui essayait, cahin-caha, de tenir droit sous vos pieds pour servir de base à un début de vie solide. Voilà, c'est tout ce dont je me rappelle. Ca, et, bien sûr, le pourquoi de tout ça.

Cette claque a eu fini d'achever ce qui était déjà douloureux depuis de nombreuses années et qui s'est suivie de douleurs encore régulières et ponctuelles durant de nombreuses années.


J'ai grandi ensuite. J'ai réussi. Ca n'a pas été facile. Parfois, j'aurais aimé que ça se voit plus. Parfois j'aurais aimé des marques claires, qu'on s'arrête sur moi pour constater que non, ça n'est pas normal. Mais ça ne se marque pas. La toxicité d'un parent, ça ne se marque pas toujours sur soi. Ca s'imprime à l'intérieur, ça colle à la peau, ça suit loin, très loin. On tente bien souvent de l'éjecter d'un coup de pied, mais non, ça s'accroche.

Souvent, on n'y pense plus trop, ou on fait avec. Parfois ça déborde, mais on tente de contenir. On a tant eu l'habitude de cacher.

Et puis un jour, en tout cas pour moi, on a un enfant. Un enfant à soi, un petit être à protéger. Un petit être dans les yeux duquel on se découvre importante. Un petit être qui donne une force énorme, qui rappelle qu'un jour on brandissait son poing face au vent. On appelle ça l'enfant miroir. Celui-là même qui, quoi qu'on fasse, s'en va rechercher l'enfant intérieur bien caché là en dessous. Qui rappelle ce qu'on ne voulait pas regarder.

 

Deux choix me sont venus. Ignorer, comme Eux l'ont tant fait. Ou faire face. J'ai tenté d'ignorer, je n'avais pas le courage, et puis j'étais anéantie par une maternité difficile. Mais ça revient toujours. Et c'est avec le second que mon enfant intérieur s'est remis à hurler fort, puissamment. Je ne pouvais plus, je n'arrivais plus à ignorer, à me dire que tout ça c'est du passé. J'ai dû faire face pour avancer.

 

Un parent toxique, ce n'est pas forcément un parent alcoolique ou un parent qui bat. Ca peut être un parent qui maltraite moralement, qui dénigre, un parent qui se décharge complètement, un parent qui se drogue, un parent qui néglige. Après avoir hurlé tout ce que j'avais à hurler, j'étais perdue. Mais de solides mains sont venues et m'ont déposé ce livre. Aujourd'hui, c'est moi qui dépose une trace de ceci. Pour que chaque enfant d'un parent toxique puisse avoir de quoi se relever un peu.

 

51NneC2JFvLQu'est-ce qu'un parent "toxique"? II s'agit d'un père ou d'une mère qui a été dominateur, critique, manipulateur, parfois démissionnaire ou, pire encore, violent physiquement. Des attitudes, des paroles, des gestes ont pu causer des traumatismes émotionnels avec lesquels, une fois adulte, il faut apprendre à vivre. Ces blessures ont grandi avec l'adulte, modelant sa personnalité et ayant des répercussions dans sa vie familiale, sentimentale et même professionnelle. Peut-on se libérer d'un parent "toxique"? Oui ! Il existe de nombreux moyens de s'en sortir. Susan Forward, grâce à sa longue expérience en clinique, analyse de nombreux cas d'adultes victimes de tels parents et propose les méthodes qui lui semblent avoir le mieux aidé ces adultes à se libérer de leur emprise nocive.

  • Auteur : Susan Forward
  • Editeur : Marabout poche
  • ISBN : 978-2501052603

 

 

 

Posté par Saphaëlle à 08:00 - A vous ! [4] - Permalien [#]
Tags : ,


Bookmark and Share

Commentaires

    Bonjour, et oui des parents toxiques ça existe, mais peu de personne le comprennent. C'est plus tard que l'on s'en aperçoit.
    c'est bien d'avoir pu faire sortir de toi ce mal-être, mais le mal à été fait et il doit être difficile de se reconstituer, de reprendre confiance en soi.
    Des livres comme celui-ci peuvent apporter des réponses, et une aide et c'est déjà beaucoup.
    Mais il y a des marques indélébiles que l'on peut atténuer en les "frottant", mais il restera toujours une auréole pour la rappeler.
    je n'ai pas de méthode miracle mais pour moi ce qui m'a aidé c'est d'essayer de comprendre pourquoi? et pour qu'elles raisons? ma mère m'avait abandonné, et j'ai fini par comprendre, et depuis cela m'a apporté la paix.
    je pense que les parents dits nocifs ont tous une raison qui les poussent et après on peut mieux comprendre et accepter si possible...
    la maturité aide pas mal à estomper les "claques", les souffrances que l'on nous a infligés mais c'est une question aussi de volonté. Et se dire que c'est du passé et que peut-être cela nous a apporté quelque chose de positif malgré tout. En tout cas pour moi cet abandon m'a rendu plus forte, mais c'est vrai que j'ai du caractère.. Alors ça joue aussi pour surmonter toutes les épreuves que la vie nous inflige.
    Bon courage.

    Posté par marie, 08 octobre 2013 à 11:32
  • J'ai pu très rapidement comprendre pourquoi, et je l'ai facilement entendu et accepté, mais je n'arrive pas à accepter qu'ils n'aient rien fait pour améliorer leur condition. Pourquoi vivre, si c'est pour se terrer dans sa toxicité ? Peut-être est-ce propre à chacun ? Je ne me supporterai pas si je dois vivre en m'enfonçant petit à petit. Je veux être fière de moi, je veux m'endormir en souriant le soir.

    C'est vrai que ça rend fort, mais au fond de moi, je me sens tellement fragile quand même. Je suis forte face au monde, j'ai réussi à remontrer mon poing, à regarder le monde dans les yeux, mais derrière tout ça, je suis juste une petite fille qui aurait aimé que sa maman la serre contre elle, que son papa lui dise combien il l'aime. C'est chose faite depuis, notre chemin a bien avancé entretemps, je pense pouvoir mesurer la chance d'avoir des parents qui ne sont toxiques que par les lourdes valises qu'ils ont trainé, pas de caractère heureusement, ce qui fait qu'une fois la crise éclatée, ils ont su petit à petit faire face, reconnaître, et avancer. Nous reconstruisons petit à petit.

    Je suis bien désolée que tu aies eu à vivre un abandon. C'est un sentiment qui est vraiment horrible.

    Posté par Saphaëlle, 21 octobre 2013 à 15:23
  • Bonjour,
    oui, c'est dur de "survivre" à des parents toxiques, les conséquences sont immenses d'autant plus que nos parents ne nous soutiennent pas. C'est un très long cheminement pour s'en sortir...

    Azenor B Le blog d'Azenor

    Posté par Azenor B, 27 mars 2015 à 19:48
  • Merci de ton passage ici et de ton petit mot...

    Je compatis ♥

    Posté par Saphaëlle, 27 mars 2015 à 20:46

Poster un commentaire