Ma vie selon... moi !

28 août 2015

Faire ses produits d'entretien soi-même

arton3414Ca fait bien longtemps que je souhaitais les faire ces produits... J'en parlais déjà au commencement de ce blog ! Mais le manque de temps, le rythme de la vie et cette impression qu'il s'agissait d'une vraie montagne m'ont toujours arrêtée.

Mon envie m'est revenue ces dernières semaines, alors que je suis pour le moment en repos chez moi. En effet, je ne pouvais plus me réfugier derrière les premiers arguments... Quelques rencontres bien à propos et la retrouvaille d'une "recette" d'une copinaute de mon forum adoré ont eu raison de mes dernières réticences !

Et alors que je vous écris, mon savon fond doucement dans mon eau qui chauffe, pour commencer la préparation de ma lessive fait maison.

Mais avant de parler d'elle, il faut que je rectifie un peu mes propos. En fait, au quotidien depuis un moment, j'ai doucement passé le cap de faire mes propres produits.

En effet :

- Je n'ai plus acheté d'adoucissant depuis au moins un an : je fais mon propre adoucissant à base de vinaigre. Une bouteille d'eau rempli à moitié de vinaigre, à moitié d'eau (1L pour une bouteille de 1,5L afin de secouer avant utilisation) et une dizaine d'huile essentielle de lavande vraie. Je vous rassure, moi aussi l'idée de mettre du vinaigre sur mon linge me rebutait au début ! Mais réellement, ça ne sent rien. Ceci dit, un linge propre n'est pas sensé sentir quelque chose, ce sont nos produits chimiques qui génèrent une odeur... J'aime bien employer ce système car dans ma région, l'eau est très calcaire et cela permet du coup d'entretenir ma machine ! Le linge reste doux, agréable et, promis, sans odeur de vinaigre ;-)

- Je n'ai plus acheté de produit pour mes vitres depuis bien plus longtemps. J'utilise toujours la dernière bouteille-spray avec un mélange de vinaigre, d'eau et une goutte de produit vaisselle. J'utilise aussi ce mélange pour nettoyer mes plaques vitrocéramiques, mes miroirs.

Les plus difficiles pour moi restaient la lessive et l'entretien du sol. Je n'ai pas été très enchantée par le savon noir pour mon carrelage, mais j'ai chez moi une version solide qui a du mal à se diluer, je devrais tenter une version liquide pour voir.

 

Bref ! Pour faire un bidon de lessive "maison" pour linge de couleur, selon ma copinaute :D (adapté avec mes proportions), pour linge normal, couleurs, etc.

  • 1 bidon de lessive 3 litre vide et propre
  • 40 gr de copeaux de savon d'Alep en copeaux ou poudre (ici savon de marseille véritable)
  • 2 litres d'eau chaude
  • 2 cuillères à soupe rases de bicarbonate de soude
  • (facultatif) une dizaine de gouttes d'huile essentielle (artbre à thé, lavande, citron, ...)

Dans une casserole, diluer les copeaux dans un fond d'eau prélevée des 2 litres. Essayez de diluer au maximum, mais au pire, les derniers copeaux se dilueront doucement dans le bidon. Versez le tout dans le bidon et compléter avec le reste des deux litres d'eau chaude. Ajoutez ensuite le bicarbonate de soude et l'huile essentielle. Secouez légèrement pour mélanger.

Laissez reposer 24H (bouchon ouvert). Le mélange va devenir gélatineux mais liquide quand même et normalement homogène. Secouez toujours votre bidon avant utilisation. Ne versez pas la lessive maison dans le bac prévu, mais mettez-là dans un doseur directement dans le tambour.

Pour la version "Linge blanc" :

  • 40g de savon d'Alep en copeaux ou poudre (ici savon de marseille véritable)
  • 2 litres d'eau chaude
  • 2 cuillères à soupe rases de cristaux de sodium
  • 2 cuillères à soupe rases de percarbonate de sodium
  • (facultatif) une dizaine de gouttes d'huile essentielle (artbre à thé, lavande, citron, ...)

Sur une base de 50 ml par lessive, on arrive à 40 lessives pour un bidon de 2L (super simple à retenir : 40 grammes de copeaux = 40 lessives !).

En plus de faire un pas supplémentaire vers une réelle écologie, il y a l'aspect économique qui n'est pas négligeable. J'ai fait un rapide calcul sur l'économie réalisée en produisant sa propre lessive. Je le base sur la lessive du magasin discount Lid* que j'emploie quotidiennement et qui est déjà assez économique. En face, je n'ai pris en compte que le prix du savon de marseille, que j'achète chez Ecoterre, car le bicarbonate de soude est acheté en gros volume et sert à tout plein d'autres choses aussi. Je n'ai pas compté l'huile essentielle, car facultative.

Grosso modo :

Achat de base

Prix

Nombre de lessives

Prix/machine

Form*l Marseille (L*dl)

3 litres

3,50 € (moyenne, selon les promotions)

40

0,0875€

Savon Marseille

600 gr

8,50 €

600 (1gr/machine)

0,0142€

Alors, ça vous tente ?

Vous pouvez trouver beaucoup d'informations chez Raffa ::: Le Grand Ménage :::, donc le livret est téléchargeable gratuitement, de nombreux livres existent également comme celui qui illustre mon article et que je possède (cliquez sur l'image). Et vous pouvez trouver de nombreuses boutiques bio comme Ecoterre, Zenéco ou Sebio qui vous aideront à passer le cap en vous fournissant les produits de base.

Posté par Saphaëlle à 21:49 - A vous ![9]
Tags : ,


19 juin 2015

Créer son propre agenda

Me revoilà pour un petit Do It Yourself que j'avais envie de vous partager :-)

Après avoir tenté la customisation d'un agenda déjà existant, j'ai été vite lassée par l'intérieur du livre qui ne répondait pas à mes besoins et n'était vraiment pas à mon goût. J'ai donc eu envie de le créer moi-même. La recherche et la réflexion a pris deux semaines, entre le style des feuillets, les sections que je souhaitais (tout a commencé par l'envie et le besoin d'un répertoire 'papier'), le système d'attaches, ... Comme d'habitude, Pinterest fut mon grand ami dans cette recherche ! Je vous mettrai tous les liens que j'ai trouvés en fin d'article.

Les différents documents qui ont composé mon agenda sont tirés de ce site. Grâce à office 2013, j'ai pu modifier légèrement les PDF, puisqu'on peut à présent ouvrir un pdf dans word. Certes, on ne peut pas tout modifier, mais j'ai pu intégrer des zones de texte blanches, pour effacer ce qui me déplaisait et intégrer le texte que je voulais. J'ai opté pour un format A5 et j'ai donc préparé des documents word pour imprimer correctement en recto-verso. De cette manière je gagnais aussi en terme de feuilles et d'encre à utiliser et l'agenda était plus transportable sous ce format ;-)

DSCI0026

En toute honnêteté, ce n'est pas un agenda qui ne coûte trois fois rien, malheureusement. Parce que j'ai choisi d'imprimer les pages en couleurs, et que je ne suis pas loin de 50 pages en couleurs, si je ne compte pas les ratés, les tests, ... Si j'avais choisi dans l'économique, j'aurais soit customisé un agenda peu cher, ou imprimé en N/B, mais c'était mon envie d'avoir un agenda très coloré.

DSCI0029

Pour le reste de sa création, j'ai dévalisé Action et Hema :-D . J'ai craqué sur des post-it placés sur une fiche en carton trouée, mais finalement j'ai utilisé une autre planche de post-it, plus "girly", pour rester dans le thème des couleurs de mon agenda. Les feuilles colorées et cartonnées de Hema m'ont permis de faire les intercalaires et couvertures. Et j'ai trouvé une pochette en plastique pour insérer crayons et bics, que j'ai perforée pour la mettre dans l'agenda. C'est super coloré et flashy, c'est ce que je souhaitais pour mon agenda en ce moment. J'ai terriblement besoin de couleurs et de leur gaieté :-)

Pour la reliure, ça a été le casse-tête de départ. Je n'arrivais pas à me décider. Je n'avais pas envie d'acheter un objet spécifique pour ça (autant miser sur le filofax alors, déjà fort customisable), mais je n'étais pas emballée par les exemples de reliures trouvés sur le net. Je voulais pouvoir garder le loisir de modifiermon agenda comme je le voulais. Et puis mes yeux se sont arrêtés sur une ancienne petite farde A4 en plastique transparent. Une fois l'agenda préparé, je n'ai plus eu qu'à couper le superflu de la farde pour garder un format A5.

Je me suis aussi prise un peu la tête pour la fermeture de l'agenda. En effet, la farde initiale n'étant pas très rigide et ne comportant que deux anneaux, les pages allaient inévitablement bouger. J'ai laissé tomber le joli petit bouton que j'avais envisagé d'installer (pour une fermeture comme ceci) et j'ai opté pour une fermeture avec un élastique, à la manière des fardes à rabat. J'ai d'ailleurs lâchement volé son élastique à une pauvre farde qui passait par là......, j'ai fait une légère encoche à l'arrière, bien au milieu, pour y insérer les deux extrêmités.

J'ajoute aussi que j'étais aussi à la recherche d'un porte-cartes correct, car mon tout jeune métier me demande de garder de nombreux contacts, donc j'ai un paquet de cartes de visite. Alors plutôt que de multiplier les supports, j'ai fait une section pour ça. Rien de difficile, j'ai repris de vieilles chemises A4 spéciales cartes de jeux de mon fils (style farde pokemon, celles-là avaient été trouvées en brocante) et j'ai coupé une partie pour garder un format A5 et 4 pochettes utilisables pour des cartes de visite.

Au niveau du design général, je sais que je risque de me lasser à un moment, alors j'ai déjà pallié à cette possibilité en trouvant d'autres paquets de papiers cartonnés (destinés à du scrapbooking), si jamais je veux changer un peu le style, il suffit de changer les intercalaires ;-)

 

Trève de blabla, voici l'ensemble terminé !

DSCI0031

DSCI0035

DSCI0036

DSCI0037

 

J'ai terminé le tout en imprimant quelques citations qui m'inspirent en ce moment, que j'ai collées au dos de chaque couverture/intercalaire et entourées de masking tape.

DSCI0032

 

Pour terminer cet article, je vous laisse en vrac les différents sites que j'ai visités, les liens qui m'ont inspirée, les documents qui peuvent être téléchargés (notez qu'il y en a peu en français, malheureusement Pinterest reste une mine d'or....en anglais).

Enjoy :-)

http://blog.worldlabel.com/2012/organizing-planner-the-harmonized-house-project.html
http://diyhshp.blogspot.be/search/label/Printables
http://www.tinasdynamichomeschoolplus.com/2013/06/29/week-at-a-glance-form/
http://www.apairofpears.com/2011/11/for-taking-to-do-list.html
http://www.theprettyblog.com/style-and-home/diys-and-printables/
http://savedbylovecreations.com/wp-content/uploads/2013/09/ThingsToDo.jpg
http://witandwhistle.com/2012/05/02/diy-to-do-list-notepad/
http://elizaellis.blogspot.com.au/2014/02/home-organizer-contacts-address-book.html
http://elizaellis.blogspot.com.au/p/free-printables_27.html
http://anounceofcreativity.blogspot.be/2012/02/tutorial-birthday-book-card-holder-all.html
http://www.elizabethannedesigns.com/blog/2008/12/04/diy-entry-41-seating-card-rolodex/
http://chrisandjaxfisher.blogspot.be/2011/08/diy-address-book.html
http://www.designisyay.com/diy-pocket-book/
http://www.wanderrgirl.com/2012/07/diy-washi-tape-and-school-supplies-tutorial-giveaway/
http://thehousethatlarsbuilt.com/2014/04/5-minute-bookbinding.html/
http://www.madmoizelle.com/diy-carnet-peuchere-cy-177379
http://blog.jessicamariedesign.com/2013/09/diy-mini-binder-printable-dividers.html?m=1
http://verslessentiel.canalblog.com/archives/2014/12/25/31185457.html
http://www.cocoadaisy.com/blog/cocoa-daisy-day-planner/19531/goodbye-november-and-hello-december/

Posté par Saphaëlle à 23:45 - A vous ![5]
Tags :

09 avril 2015

La malédiction du coiffeur

(Initialement, j'avais écrit comme titre "La malédiction du coiffeur, le retour...", mais je me suis subtilement rappelée que je n'avais jamais écrit avant là-dessus, alors pour paraître moins idiote, j'ai effacé "le retour...".)

(J'ai failli commencer par "Alors voilà", mais je ne peux me résoudre à emprunter ce joli début à cet exceptionnel médecin...)

(Oui désolée, aujourd'hui j'ai la parenthèsite aiguë mais promis je me soigne !)

Originale

Crédit photo : voir lien en bas

Donc. La dernière fois que j'ai été chez la coiffeuse pour moi, pas pour les petits, ça remonte à un moment. A la louche, deux ans. Je ne suis pas une assidue du coiffeur, pas une motivée de la brosse ronde et encore moins une accro aux produits de cosmétique chevelue. J'aime m'amuser parfois avec mes cheveux, comme les chignonner ou les tresser, mais voilà quoi. En plus, je suis de celles qui jouent au yoyo avec leurs cheveux : un coup je les laisse pousser jusqu'à plus de souffle (ça donne une tignasse filasse, fourchue et qui peine durement à atteindre le bas de mes épaules), un coup je les fais couper très courts, j'envoie tout balader et je ressors avec un kilo de moins. C'est une des raisons qui font de moi une cliente infidèle, forcément.

Mais la raison principale qui me rend infidèle et me fais changer de coiffeur comme de coupe, c'est l'incapacité de ressortir de chez eux avec une réelle satisfaction. Attention, je me suis pas mal soignée, j'ai essayé de comprendre et mis toute mon empathie sur la table, cet article m'a encore aidée il y a quelques temps et je me suis beaucoup basée dessus pour ce dernier rendez-vous qui s'est produit hier... malheureusement, malgré une discussion qui me semblait arriver à ce que je souhaitais, malgré mon gros effort à faire confiance en la bienveillance de ces coiffeuses, je suis ressortie de là, vraiment dépitée. En fait non, il faut préciser (parce que je vous vois déjà bondir avec des "mais pourquoi tu n'as pas réagi tout de suite ?!?"), je suis ressortie toute heureuse et puis quand les artifices sont tombés, bardaff.....

J'avais envie de colorer légèrement mes cheveux avec l'arrivée du soleil, j'explique mes craintes et réticences de débutante, mon besoin de voir un peu de couleurs mais pas de changer complètement de couleurs, etc. Sur la palette, elle me montre une mèche, et m'assure qu'il s'agit de ma couleur mais avec plus de reflets dorés, ce qui permettra à ma chevelure de bien briller, etc. Sur la mèche, ça me semble nickel. Dans le salon, sous éclairage artificiel, idem, ça a l'air sympa.

Mes cheveux avaient vraiment besoin d'être coupés, mais je voulais me forcer à garder ma longueur, durement acquise et ne pas succomber à mes travers et ressortir les cheveux courts. Je commence à discuter dégradé dans les cheveux, pas juste devant mais un peu partout, et en gardant une petite longueur de base pour que je puisse les attacher au besoin. Ça me semblait facile, et j'ai déjà eu ce type de coupe que je trouve sympa quand on a le cheveu super fin et filasse et sans mouvement et sans rien grand chose pour se mettre en valeur tout seul... Les premiers livres donnés pour m'inspirer ne présentent que les dernières coupes courtes tendance, les coiffures asymétriques surtout. Ça m'amuse de me dire qu'elle me donne des idées de coupe courte alors que je demande le contraire, je ne m'offusque pas (je suis une cliente gentille la plupart du temps :D), et je magasine tranquillement, mais en me demandant quand même dans un coin de mon esprit si elle s'est rendue compte qu'elle n'avait pas répondu à mon attente mais soit. Elle s'en rend compte après quelques minutes et me propose un 3e livre avec coupes longues. Chouette. Sauf que 90% des coupes étaient bouclées, bien bouclées, alors qu'on avait préalablement décidé ensemble que je n'irai pas vers du bouclé, mon cheveu n'étant vraiment pas adapté. Et dommage pour moi, la seule coupe "dégradée" cheveux raides qui me plaît, n'est apparemment pas possible pour mon cheveu non plus, because fin, filasse, blabla.  Donc, on entame la coupe avec cette idée de dégradé, mais assez floue finalement, et un peu mal à l'aise, je dis à la coiffeuse que je me décide vraiment pour ça mais que je lui fais confiance pour ajuster au mieux selon mon cheveu (qui n'a pas l'air d'être le plus sympa des cheveux du monde...).

J'aurais dû probablement me méfier de la façon dont elle coupait, sur le fait qu'elle ne coupait finalement pas beaucoup et usait un peu trop de son ciseau à effiler. J'aurais dû me méfier de la proposition de brushing façon boucles et de l'insistance sur ma couleur qui était vraiment MA-GNI-FI-QUE. Et je me dis qu'elles y croyaient vraiment peut-être. Le fait est qu'une fois le brushing "tombé" (chez moi, environ 1 ou 2h.....), je me suis retrouvée avec une chevelure informe, faite de "plateaux". Après mes lavage et séchage habituels, en laissant tomber mes cheveux naturellement, j'avais un côté plus court de 5-6 cm, sans forme, comme une grosse masse de cheveux et aucun dégradé visible. La couleur ? Finalement à la lumière du jour, j'avais un ton plus foncé que ma couleur naturelle et aucun reflet, donc un bel effet casque qui me durcissait le visage. Je n'ai pas fait de photos hier, mais grosso modo, ma coiffure ressemblait un peu à cette demoiselle.

Le lendemain, n'en pouvant déjà plus, je suis retournée chez un autre coiffeur, en fait ils sont deux, et j'ai rencontré de vrais pros. Je ressors de là avec [ENFIN] un vrai dégradé et une couleur, proche de la mienne mais avec de vrais beaux reflets acajou cuivré, et enfin [peut-être] réconciliée avec les salons....

(Oui, oui, je vous entends là-bas au loin, me demandant si je suis retourner taper du poing chez l'autre coiffeuse ! Et bien non, je l'avoue, je ne suis pas retournée me fâcher, et sans vraiment trop de honte, d'abord parce que la personne proche de moi, qui m'a conseillée, semble s'y plaire à 200% (j'imagine qu'elles maîtrisent bien les coiffures asymétriques et que le classique ne doit plus trop rentrer dans le cursus des nouveaux élèves....).

Et puis surtout, parce qu'auparavant, TOUTES mes dernières expériences de salon de coiffure se résumaient à ça :
- me faire embobiner puis coiffée,
- puis encore bien embobinée par un brushing qui semble super et une façon de montrer l'arrière qui met en valeur
- puis découvrir la réalité de la situation une fois mes cheveux coiffés par moi-même, relavés, etc.
- retourner taper du poing, me faire rembourser ou recoiffer.

Et tout ça, bin ça pompe une énergie énorme, d'autant que ça ne porte finalement pas ses fruits, car j'ai testé à plusieurs reprises certains salons, me disant qu'on a droit à l'erreur, qu'on s'est mal compris, que j'ai dû mal expliquer mes besoins, mes envies, etc., mais qu'au final, je revis la même situation et je tombe sur des personnes ne se remettant pas en question. Mon énergie a donc été perdue.

Oh my god ça existe vraiment une nuque rasée ????

Je ne vous ai pas raconté la fois où j'ai voulu un carré plongeant, genre très plongeant, limite "manga", et que je suis ressortie avec une espèce de carré informe et sans réel plongeant. Que j'y suis retournée trois jours d'affilée me faire coiffer gratos pour réparer le truc et que je me heurtais à une coiffeuse qui tenait mordicus qu'elle ne pouvait pas aller au-delà de mon implantation (qui commence, comme toutes ou presque, au bas de nuque, apparemment, l'idée de raser ma nuque était inimaginable...), que ma demande était impossible, et qui s'obstinait à me couper comme un espèce de carré "dégradé", l'arrière finissant par ressembler à un arrière de coupe courte garçonne et qu'elle m'entourloupait en mettant son miroir du haut vers le bas pour donner le change ?

J'arrête là, car rien que d'y penser, j'ai encore les poils qui se hérissent et la mâchoire qui fait GRRRR ;-)

 

 

Allez pour terminer mon "moment pleurnicheries", je vous file un petit article bien sympa que j'ai lu en cherchant des infos sur les coupes ratées : Comment rattraper une coupe ratée

Et puis, ooooh une coupine de coupe de cheveux ratées ;-)

Et surtout, parce qu'ils le valent bien, le salon génial qui a rattrapé magnifiquement le coup ;-)

Louasse CoiffureSans

Posté par Saphaëlle à 14:32 - A vous ![2]
Tags :

27 mars 2015

World Doula Week... La Doula en 10 questions

Cette semaine mondiale des doulas prend doucement fin et je la termine avec un article enfin réellement consacré à ce "métier", à ce chemin, à ce choix ou ce savoir-être, selon comment on le ressent en soi.

Il y a déjà eu un bon nombre d'articles sur les doulas, depuis les définitions jusqu'aux controverses, alors je ne vais pas en faire un énième et je vais plutôt partir sur quelque chose de plus soft et simple...

 

La Doula en 10 questions

 


 

1 - Qu'est-ce qu'une doula ?what-is-a-doula

Historiquement  parlant, une doula est une servante (du grec ancien δούλη (doúlê), signifiant « esclave, servante »).

La doula est [généralement] une femme qui accompagne une autre femme, un couple, sur le chemin de la naissance. Elle représente en quelque sorte les femmes qui entouraient les futures mères dans les tribus anciennes.

2 - Comment devient-on doula ?

D'aucunes diront qu'il s'agit d'un savoir-être et que l'on EST doula et pas qu'on le devient. Certaines personnes ont l'accompagnement en eux et, mues de leurs propres expériences et connaissances, elles se sentiront tout à fait prêtes à accompagner un couple, une femme. D'autres peuvent ressentir le besoin de se former, d'être assistées, suivies, guidées, ... Elles peuvent alors suivre une formation spécifique comme par exemple : Paramanadoula de Michel Odent et Liliana Lammers, Être Doula de l'A.F.A. en Belgique, l'Institut de formation de Doulas de France ou encore la formation de Mère et Monde.

3 - Pourquoi avoir besoin d'une doula ?

Dans The Doula Book, on peut retrouver une étude randomisée ayant mis en avant les bénéfices d'un accompagnement de doula.  De façon très résumée, voici les bénéfices constatés :

  • 50% de diminution du taux de césarienne
  • 25% de réduction du temps de travail
  • 60% de réduction de demande de péridurale
  • 30% de réduction d'utilisation d'analgésique
  • 40% réduction de l'utilisation de forceps

Mais au-delà des chiffres, je dirais, pour ma part, que tant que les femmes et/ou les couples auront le besoin ou l'envie d'être accompagnés, les doulas seront là.

statue-doula

4 - La doula est-elle identique à la sage-femme ?

Non. Elle ne pourrait l'être, parce qu'elle ne reçoit aucune formation médicale, n'a aucun savoir médical et ne peut s'en revendiquer. C'est vraiment important de le comprendre. Une sage-femme peut être doula, d'ailleurs les sages-femmes qui font un accompagnement global à la naissance sont quelque part 'doula'. Mais jamais une doula ne peut se revendiquer ou laisser passer une comparaison avec une sage-femme. Ethiquement parlant, c'est important. Aucun geste médical ne peut être posé par une doula, ni même un diagnostic. L'on compare souvent, à tort, la doula et la sage-femme, et couramment on les oppose. Pourtant toutes et tous ont le même but : accompagner et aider les futures et jeunes mères, les futurs et jeunes parents.

5 - Comment la doula est-elle perçue dans le monde médical ?

Cela dépend d'un endroit et d'une personne à l'autre. Les doulas ne souhaitent pas envahir le monde médical mais garder un pied à côté. La médecine est une science réellement importante. Mais selon, l'émotionnel n'est parfois pas assez pris en compte. La doula peut apporter ce soutien que de plus en plus de personnes recherchent. Certains hôpitaux seront très ouverts à la présence d'une doula, d'autres moins, mais ce qui est certain c'est que la doula ne vient pas pour s'imposer au monde médical, mais recherchera toujours le partenariat. Son souci est le même au final : le bien-être des personnes qui lui font confiance.
Il est néanmoins toujours important de vérifier différentes données : par exemple demander à l'hôpital/clinique où l'on souhaite accoucher si une doula peut être présente. Si l'on souhaite accoucher à domicile, vérifier que tout le monde trouve sa place en conformité avec les chartes, les contrats, etc. Ainsi, une doula provenant d'une association professionnelle n'assistera pas à une naissance à domicile sans une présence médicale à ses côtés. Le lien de confiance étant réciproque, il est également important que l'accompagné(e) respecte le positionnement de sa doula.

6 - Qu'apporte de particulier une doula ?

La doula peut apporter un soutien émotionnel à la femdoula2me et aux futurs parents qu'elle accompagne. Elle est à leur entière écoute et disposition (selon les modalités qu'ils conviennent entre eux dès le départ). Elle leur apporte également informations honnêtes, fiables et vérifiables face à leurs différents questionnements. Elle les accompagne vers une meilleure confiance en eux, en leur capacité à être parents, les aide à aiguiser leur discernement et à se retrouver dans le chemin parfois compliqué de la naissance. Elle ne porte aucun jugement et ne donne pas de conseils si ce n'est pas la demande des personnes qu'elle accompagne. Elle est une oreille empathique, une épaule, une main tendue, un soutien, une aide pratique aussi. Elle se rend disponible pour eux avant, pendant et après la naissance, parfois plus tôt en pré-conceptionnel, parfois plus tard en post-partum long, parfois à d'autres moments de la vie féminine. La doula est au service, comme son nom le détermine étymologiquement, des personnes qui font appel à elle.

7 - A quelle période une doula intervient-elle ?

Généralement, la doula accompagne les personnes durant la périodewatermark de la création d'une nouvelle vie. Depuis le pré-conceptionnel jusqu'au post-partum. Certaines doulas accompagneront plus de mères en difficulté, d'autres de jeunes femmes sur le chemin de leur féminité, d'autres peuvent être présente durant l'accouchement. Il arrive qu'une doula se spécialise plus, mais la plupart proposeront un accompagnement durant la grossesse, l'accouchement et les semaines qui suivront.

Certaines doulas étendent leurs accompagnements vers d'autres horizons comme les cercles de femmes, les tentes rouges, l'accompagnement de mères en prison, l'accompagnement de personnes transgenres. D'autres agrandissent leurs propositions vers l'accompagnement à la parentalité, le soutien à l'allaitement, l'apprentissage du portage, etc.

8 - Combien coûte une doula et est-ce remboursé ?

La question douloureuse mais néanmoins importante dans ce top 10. Et elle n'a pas de réelle réponse ! Le métier de doula n'est pas reconnu par les gouvernements. Cela peut avoir ses côtés négatifs, comme positifs. Chaque doula peut proposer son propre prix. Si elle fait partie d'une association, comme Doulas de France ou l'AFDB, celle-ci suivra la charte de l'association (exemples de charte). Couramment, la doula proposera un prix en fonction des moyens de la personne, pourra s'ajuster ou proposer du troc ou un prix en conscience. Lors de la première rencontre avec la doula, cette question trouvera sa réponse entre elle et la femme/le couple. En ce qui concerne le remboursement, les consultations avec une doula ne sont pas prises en charge.

9 - Que propose une doula ?

Cela peut être très vaste. Certaines doulas ont une liste précise de propositions et un planning prévisionnel, d'autres improvisent leur accompagnement en fonction des demandes, certaines se spécialisent et d'autres proposent un panel très large. La plupart ont un site internet ou une page promotionnelle qui fait office de vitrine de leur travail. Mais la meilleure manière de savoir est encore d'en parler avec elle. Concrètement, la doula accompagne : elle assure un soutien par son écoute et son empathie, elle assure également une information critique, fiable et vérifiable. Elle est là pour répondre aux questions que tout futur parent se pose, elle est présente à chaque fois que la personne en ressent le besoin, soit de manière physique, soit par téléphone, par email. Si elle a suivi d'autres formations, elle pourra proposer, selon ses "casquettes", massage prénatal ou massage des bébés, initiation au portage, soutien à l'allaitement, elle peut aider les parents à préparer leur projet de naissance, elle peut être une présence rassurante durant l'accouchement, elle peut aussi être une aide concrète à tout moment, comme par exemple pendant le post-partum en venant soutenir la jeune mère durant ses premières semaines, en veillant sur bébé le temps d'une douche, en aidant les aînés à s'occuper pendant qu'elle allaite ou se repose avec son bébé.

10 - Phénomène de mode ?

C'est un fait courant de la 'Société'. Toute chose qui prend un minimum d'ampleur et qui prête à poser des questions est très rapidement étiquetée "phénomène de mode". Cependant les doulas ont toujours existé comme les sages-femmes. Les doulas sont les mères, les cousines, les soeurs, les grands-mères, les amies. Ce sont des femmes qui se mettent au service d'autres femmes à un moment particulier de leur vie, c'est-à-dire souvent quand elles-mêmes créent une nouvelle vie. Mais dans nos sociétés modernes, l'égocentrisme est terriblement présent, le manque ou le désordre constant des informations mènent en bateau bon nombre de personnes et les familles sont souvent éclatées, physiquement ou moralement. Beaucoup de futures et jeunes mères, beaucoup de pères actuels se sentent seuls ou mal accompagnés dans ce chemin très aventureux qu'est la création et/ou l'accompagnement d'une nouvelle vie humaine. Les doulas peuvent apporter quelque chose de précieux auprès de leurs pairs. Elles ne prennent pas une place par recherche de profit mais parce qu'il y a un réel besoin, d'une part d'informer et d'autre part de soutenir.

Ok.... et concrètement ?

Concrètement ? Et bien voilà :

11076291_950406228333614_1360642313892744789_n

Posté par Saphaëlle à 17:03 - A vous ![2]
Tags :

25 mars 2015

World Doula Week ! (+ Article Blessingway)

Cette semaine, c'est la semaine internationale des doulas !

Comme je l'ai plusieurs fois dit, j'ai entamé ma formation de doula cette année. Un jour je prendrai le temps de parler de ce beau métier, mais j'ai encore besoin de le "faire mien" avant d'en parler avec passion. Mais ce qui est certain, c'est que je suis vraiment heureuse d'avoir entamé ce chemin, j'y apprends beaucoup et je m'y sens totalement à ma place et ça, ça fait un bien fou intérieurement. En attendant un article, je vous invite à lire celui-ci que j'aime particulièrement !

Pour ma part, je vais profiter de cette semaine pour vous offrir un article consacré au Blessing Way, un moment consacré à la femme enceinte que j'apprécie beaucoup. En espérant que cela vous apportera un bel aperçu de cette fête :) (N.B. : N'hésitez pas à cliquer sur les images pour les voir en taille originale !)

Le Blessingway

Historique1

Le Blessingway (littéralement chemin « de la bénédiction ») est une fête intime, dont l’origine remonte aux traditions des Amérindiens de la tribu Navajo. C ’est un rite de passage, une cérémonie de bon augure.

Aujourd'hui, le Blessingway est considéré comme une fête qui célèbre les transformations du corps de la femme, comme les premières règles, la grossesse, la ménopause.

 

Déroulement général

Le Blessingway peut s’apparenter à un cercle de femmes. En ordre général, les hommes et enfants ne sont admis qu’à la fin de la fête, au moment du partage de la nourriture, les bébés peuvent être présents auprès de leur mère.

Cette fête est souvent préparée en concertation avec la future maman, qui choisira de quelles femmes elle souhaite s’entourer : amies intimes, soeurs, mère, grands-mères, tantes, amies lointaines, collègues,... Parfois, on lui en fera la surprise. En général, une des femmes (ou plusieurs), présente au Blessingway, se chargera de l ’organisation générale et de celle des rituels, en concertation avec les désirs de la future maman. Cela peut être une parente, une proche ou une doula.

2L’idée générale de la journée est qu’elle soit entièrement consacrée à cette Femme, cette future Mère, à sa célébration, à lui apporter le meilleur en vue de sa nouvelle vie de maman. Durant cette journée, on soulignera la valeur de la transmission, du partage, du soutien émotionnel, amical. La cérémonie peut être intime, formelle, drôle, spirituelle, festive ou relaxante, finalement à l ’image de la femme célébrée, de ses envies et de ses goûts.

On veillera à créer une atmosphère, une ambiance propice à la cérémonie, au recueillement, au partage et en adéquation avec les envies de la célébrée : bougies, encens, draps ou étoffes colorée, musique, etc.

Les rituels

Le rituel du collier et des perles

Chaque femme apporte avec elle une ou plusieurs perl3es (par exemple, une pour se représenter elle-même, une pour représenter la femme fêtée et une pour chacune de ses propres maternités si elle a eu des enfants). Cette perle aura été choisie, soit pour sa couleur particulière, sa symbolique particulière, son histoire personnelle. On peut l'accompagner d un petit message, écrit ou oral, pour expliquer pourquoi on choisit d’offrir cette perle et ce qu’on souhaite transmettre à la future maman. La perle sera chargée d’un voeu, d’un souhait, de bonnes ondes pour l’accouchement à venir.

Une fois récoltées, on les assemble en un collier que la femme pourra porter à sa guise et l ’emporter à ses côtés le jour de l ’accouchement pour s ’accompagner des pensées de ses Amies. Les invitées absentes peuvent aussi participer en donnant à l ’avance leur perle et leur message.

Note : ce rituel peut aussi se faire avec le don de bougies, que la future maman allumera le jour de l'accouchement.

 

Le rituel de l'empreinte

4L’empreinte du ventre (en anglais : Belly casting) consiste en un moulage à base de plâtre sur toute la zone du ventre rond de la femme enceinte, pouvant s ’étendre jusqu ’à la poitrine. L ’idée est de garder un souvenir physique de cette période où la femme porte la vie en elle. On peut se procurer un kit de moulage tout prêt à l ’emploi, des bandes de plâtres en pharmacie ou faire appel à une personne formée à ce type de procédé.

Pendant le temps de séchage, on peut mettre en place d ’autres rituels, comme celui des perles, des soins, des partages, etc. Le moulage sèche relativement vite. Ensuite, on peut choisir de le décorer ensemble avec plusieurs peintures, décorations, etc., ou de laisser le soin à la future maman de le décorer seule. Si l ’on choisit une professionnelle, la future mère s’entretient avec elle pour définir ses désirs de décoration.

 

5Le rituel de la peinture

A côté de l'empreinte en plâtre, on peut aussi décorer le ventre de la femme. On emploiera une peinture adaptée au corps ou si l'une des femmes présentes, ou la doula, est formée aux méthodes du henné (Le henné est un colorant d'origine végétale obtenu à partir des feuilles séchées d’une plante odoriférante – sante.lefigaro.fr), on peut procéder à un tatouage éphémère à l'henné, si la future maman n'y est pas allergique.

 

Le rituel du lien

6Lors de ce rituel, les femmes se placent en cercle et tendent une main. On emploiera un lien de laine, de coton, de soie, que l'on nouera autour de chaque poignet, afin de lier chaque femme avec les autres. Ensuite, le lien est coupé et chacune noue et conserve le sien en général jusqu'à l'accouchement. Selon les envies et les symboliques, l'on peut choisir différentes couleurs. Par exemple, on emploiera le rouge et le bleu pour symboliser le cordon ombilical, le blanc pour symboliser le lait maternel, ou simplement le rouge pour sa symbolique générale féminine, ou toute autre couleur appréciée de la jeune femme.

 

 

7

 

Le rituel des soins

Chaque femme présente va s'occuper de prendre soin de la future mère. Cela peut se traduire par des massages ou un bain des pieds, des massages de la tête, des mains (ceux-ci peuvent s'accompagner de phrases rituelles telles que « Je masse tes mains pour toutes les fois où tu berceras ton bébé », « Je masse tes genoux pour toutes les fois où tu t'agenouilleras pour t'occuper de ton enfant », « Je masse ta tête pour toutes tes décisions à venir », …). La jeune femme peut se faire maquiller, coiffer, tresser les cheveux. Elle peut recevoir une couronne de fleurs, se faire poser un masque de soin, se faire vernir les ongles. Le but de ce rituel est d'être le centre de l'attention des personnes présentes et de se faire choyer.

 

 

Le rituel des affirmations positives

8Ce rituel peut se faire sur place sous forme d'atelier créatif ou par simple don à un moment donné. Il s'agit d'apporter à la future mère un soutien à son accouchement avec une petite phrase à renforcement positif. Cela peut se présenter sous la forme de petits galets avec les phrases peintes dans un panier, des papiers écrits à la main ou dactylographiés, stylisés, et déposés dans une boîte, etc. Parmi les phrases, l'on peut retrouver par exemple : Je suis forte et capable - J'ai confiance en ma capacité à accoucher - J'ai confiance en moi - Je suis magnifique - Mon bébé est en pleine santé - Mon corps sait comment faire naître mon bébé - Je m'accepte complètement ici et maintenant - Pendant le travail et l'accouchement, je suis complètement détendue et à l'aise – Je vais avoir un bel accouchement - J'accompagne mes contractions avec confiance car elles m’emmènent vers la rencontre de mon bébé - J'ai confiance en ma capacité à gérer la douleur, à prendre les bonnes décisions pour moi et mon bébé, etc.

 

Le rituel des partages9

Le Blessingway est considéré comme un moment de partage entre femmes. Installées en cercle, chacune peut à son tour et dans le respect des tours de parole, partager avec la femme célébrée ses expériences de Femme, de Mère, de Compagne. Ce sont des moments d'expression, d'émotions, d'échanges, un peu à la manière des tentes rouges (exemple, http://tentesrouges.be/). Des musiques, des chants, des poèmes peuvent être partagés, des textes rituels, spirituels, religieux peuvent être lus, des expériences, des témoignages échangés.

 

Les douceurs partagées

10La cérémonie se termine généralement par le partage d'un repas ensemble. Ce jour-là, la jeune maman ne doit rien préparer. Chaque participante apporte un met, un goûter, quelques douceurs, des boissons. C'est à ce moment-là bien souvent que les hommes, le futur père et les enfants gardés rejoignent le cercle des femmes et prennent part au partage.

 

 

Liens et bibliographie

N. Bouhier-Charles, « Blessingway : Rituels d'aujourd'hui pour célébrer la grossesse et la naissance » ; La Plage
http://www.chemins-de-parents.fr/blessing-way-blessing-way.php
http://lechantdesarbres.over-blog.com/page-7741098.html
http://doulas.info/doula/blessing/
http://fr.ekopedia.org/Blessingway
http://codenamemama.com/2011/10/26/mother-blessings/
http://birthwithoutfearblog.com/2014/10/14/10-tips-to-plan-a-blessingway/
http://everydaysweetness.blogspot.be/2013/05/pregnancy-update-week-38-blessing-way.html
http://birthingaspirations.com/2012/08/13/positive-birthing-affirmations/
https://birthbuddy.wordpress.com/resources/affirmations/
http://www.leblogbebe.com/2008/08/14/les-affirmation/
http://www.youtube.com/watch?v=swwOEv0-ldQ

11

Posté par Saphaëlle à 12:03 - A vous ![0]
Tags :